Archives de l’auteur : Jpax

Wëllkomm…

 La cueillette recueillie est lancée dans les forêts de Gaume & de l’Ardenne.
Les chaleurs de l’été et les pluies sont propices aux apparitions.
Un mystère saisit le sous bois.
Grandiose.
L’imagination donnera la coloration spéciale :
La perception l’emporte sur la raison, elle est la proie du mythe.
Puis, on atterrit dans le délice et dans l’assiette.

Huun Huur Tu, « Chiraa-Khoor »
Монгол-Оросын хил

 

sasquatch

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les recommandations de la cueillette.

Les recommandations de la cueillette
& de la consommation des champignons.

Tous les champignons sont comestibles

  • La principale recommandation est de ne pas ramasser les champignons pour lesquels subsiste un doute quant à leur espèce.
  • Le contrôle de la récolte peut être assuré par un pharmacien ou un membre d’une association de mycologie de votre région.
  • Un état avancé de pourrissement du champignon doit aussi dissuader le cueilleur.
  • Il est recommandé de ne pas ramasser les champignons trouvés sur des sites pollués car ils concentrent les polluants : bords de route, décharges, zones industrielles.
  • La règle est d’éviter de cueillir à tort et à travers.
    Si vous ne connaissez pas l’espèce, laissez-la sur pied pour ne pas avoir à la jeter ensuite.
  • Ramasser avec parcimonie !
    Un comportement respectueux de la nature va de soi.
    Il convient de ne pas cueillir plus de champignons qu’on ne peut utiliser.
  • Les espèces rares ne doivent pas être ramassées, même si elles sont comestibles.
  • Il faut s’abstenir de toute cueillette dans les réserves forestières et les espaces naturels protégés.
  • Se renseigner de la législation du pays et de la région.
    Certaines espèces de champignons sont protégées, notamment le cèpe de Bordeaux, la girolle ou le bolet orangé et leur cueillette est limitée, voire interdite.
  • Un champignon se cueille entier : chapeau et pied.
    Cela permet une identification plus aisée.
  • Arracher le champignon délicatement en tirant doucement ou en le faisant tourner sur lui même afin de prélever un minimum de mycélium.
    Reboucher le trou laissé par le prélèvement du champignon avec du substrat pour ne pas laisser les mycéliums à nu et éviter leur dessiccation (dessèchement).
  • Munissez-vous d’instruments adaptés : un panier en osier permettra de déposer délicatement votre cueillette et de la laissée respirer.
    Surtout, évitez les sacs en plastique qui feraient fermenter vos champignons et les rendraient toxiques !
  • Les champignons seront nettoyés grossièrement sur place pour ne pas souiller les autres, pendant le transport. Brossez-les avec un pinceau.
  • Ne mélangez pas vos champignons.
    Séparez les différentes espèces avec du papier journal, surtout si vous avez un doute sur l’une de vos trouvailles.
    Un champignon vénéneux pouvant contaminer les autres, il serait dommage de devoir jeter toute votre récolte.
  • Une fois de retour chez vous, dégustez-vos champignons le jour même, ou conservez-les séchés ou en conserve.
    Il est important de ne pas les garder trop longtemps, car ils pourraient devenir toxiques.
  • Consommer les champignons en quantité raisonnable et après une cuisson suffisante.
    Mêmes les espèces comestibles peuvent renfermer des substances toxiques si elles sont dégustées crues ou pas suffisamment cuite.
  • Ne mangez pas de champignons plus d’une fois par semaine.
    Les champignons sont difficiles à digérer pour l’estomac, et peuvent contenir des éléments toxiques présents dans le sol, comme du plomb.
  • Sachez reconnaître les symptômes d’une intoxication.
    Un champignon ne vous terrassera pas immédiatement s’il est toxique.
    En règle générale, les symptômes apparaissent dans les 12 heures après le repas que la victime sera prise de douleurs, de vomissements ou de diarrhée.
    Il faut se rendre d’urgence à l’hôpital, en indiquant si possible au médecin les espèces consommées.

IMG_2770

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les 10 commandements du ramasseur de champignons.

le chat geluck champignon

1.    Champignons dont tu n’es pas totalement sûr tu ne ramasseras
2.    Champignons différents dans le même panier tu ne mettras
3.    Passe par la pharmacie ou par un mycologue qui te confirmera
4.    En petites quantités seulement tu les dégusteras
5.    Prairies et prés, tu ne saccageras
6.    La nature tu respecteras
7.    Dans les lieux interdits champignons tu ne récolteras
8.    Champignons sur certains marchés tu vérifieras
9.    Champignons au bord des routes tu ne ramasseras
10.    En suivant ces conseils nombreuses intoxications tu éviteras

Enregistrer

Doit-on couper ou arracher les champignons ?

Beaucoup de personnes aimeraient savoir s’il est préférable de cueillir les champignons ou bien s’il faut les couper ?

Pour une majorité de personnes qui ramassent des champignons depuis de nombreuses années la question ne se pose même pas, il faut « LES COUPER !! »

Cependant après de nombreuses recherches et discutions à ce sujet avec des mycologues avertis,  la réponse semble aller dans le sens opposé. Il est en effet préférable de les arracher !

Pourquoi ?

  • Tout d’abord, arracher un champignon facilite la détermination offrant ainsi la totalité du pied ou stipe.
  • Ensuite, il semblerait que le fait d’arracher les mycéliums permettrait leur croissance donc la fructification de nouveaux champignons.
  • Enfin, le fait de couper le pied d’un champignon peut parfois conduire à la pourriture de la partie restante au sol et ainsi entrainer une contamination des mycéliums entrainant un ralentissement ou un arrêt de leur croissance.

L’arrachage des champignons serait de plus en plus pratiqué dans les cercles mycologiques. Cependant, lors de l’arrachage, il vous faudra tout de même respecter deux règles :

  • Arracher le champignon délicatement en tirant doucement ou en le faisant tourner sur lui même afin de prélever un minimum de mycélium.
  • Reboucher le trou laissé par le prélèvement du champignon avec du substrat pour ne pas laisser les mycéliums à nu et éviter leur dessiccation (dessèchement).